samedi 24 janvier 2015

L'islam face aux attentats de Paris



A la suite des attentats perpétrés à Paris, bouleversé comme la majorité des gens par ce qui s'est passé, j'ai préféré laisser le temps quelque peu s'écouler avant de prendre la plume pour évoquer, à mon sens, l'une des origines principales de ces terribles évènements.
Lorsqu'on massacre des journalistes, qu'on assassine des policiers et des gens uniquement parce qu'ils sont d'une certaine confession religieuse, on s'attaque simultanément à la liberté d'expression, à l'état et au libre exercice des cultes.
Dans ce cas précis, on s'est attaqué tout simplement à la France et à ses valeurs.
Face à une telle situation, j'ai toujours été convaincu qu'il fallait éviter de réagir sous le coup de l'émotion.
Il serait alors tellement facile de franchir une ligne rouge qui nous entraînerait sur des sentiers épineux, qu'en des circonstances ordinaires, nous n'aurions jamais accepté d'emprunter.
Au-delà de l'émotion et de la fibre patriotique qui m'animaient, il m'est donc apparu plus sage de laisser la place à la réflexion.
Plus de 2 semaines après l'horreur, je ne vais pas de nouveau relater ici ce qui s'est passé.
Tout a déjà été dit maintes fois par les médias qui se sont goinfrés, sans fioritures, d'un audimat inespéré.
Et ceci, sans même prendre garde, par l'accumulation des informations transmises en direct, qu'ils mettaient en danger la vie de certains otages.
Mais cela est un tout autre problème !

Je lancerai plutôt le débat sur une question que j'estime primordiale et qui me taraude l'esprit depuis ces 3 jours noirs qui ont endeuillé la France.

- Quel est le rôle de l'islam dans les drames qui sont intervenus ?

Je suis conscient que poser cette question peut déjà être interprété, par les adeptes indécrottables de la bien-pensance, comme de l’islamophobie. (Au passage, le mot "phobie" signifie en grec ancien "frayeur" ou "crainte" et non pas "haine" comme on le croit trop souvent. A partir de cette correction, si la haine de l'islam est condamnable, la peur de l'islam peut être tout à fait compréhensible, compte tenu des évènements observés ces dernières années.)
En tous les cas, j'ai la conviction qu'on ne doit pas se contenter de désigner l'état comme l'unique responsable de ce qui est arrivé ou d'accuser plus précisément l'école pour ses négligences en matière d'éducation, même si les failles et les insuffisances dans ces domaines sont incontestables.

A ma connaissance, il n'existe aucun Dieu, aucun prophète qui ordonneraient à de prétendus croyants de tuer en leurs noms.
Mais en commettant leurs crimes odieux, comme cela a été constaté d'innombrables fois ailleurs, les bourreaux ont prononcé le nom d’Allah et de son prophète Mahomet, plaçant de fait en première ligne, l'islam.
De nombreux et respectables musulmans, sincèrement touchés et durement éprouvés, eux aussi, par ces tueries insensées, tentent de nous expliquer que les assassins ne sont pas des musulmans, que les évènements qui se sont déroulés ne concernent pas l'islam qui est une religion de paix et de tolérance.
Nous avons entendu ces mêmes arguments de nombreuses fois au cours de ces dernières années.
J'ai longtemps été enclin à abonder dans le sens de ces explications, jusqu'au jour où il faut bien se rendre à l'évidence et cesser de nier certaines réalités, aussi insupportables soient-elles.
Au nom du politiquement correct, notre société ne peut plus continuer de refuser de voir et de demeurer dans le déni.
Il existe une incohérence frappante à revendiquer fermement, d'un côté notre liberté d'expression, et de l'autre à nous autocensurer en refusant d'exprimer publiquement nos craintes vis à vis d'une certaine frange de l'islam, sous le prétexte d'éviter les amalgames.
Le fait de cultiver l'hypocrisie comme un art de vivre, ne peut rendre service à l'écrasante majorité des musulmans qui exercent leur culte dans l'honneur et le respect des autres religions.

Les principales horreurs de ces dernières années sont commises par des organisations et des individus qui se réclament de l'islam.
Boko Haram, Al Quaïda, l'Etat Islamique...
Est-il nécessaire de revenir sur la confession religieuse de ceux qui se sont spécialisés dans les prises d'otages, les décapitations, les attentats suicides et les massacres de minorités ethniques ?
Ceci, sous le couvert de l'acclamation connue de tous : Allah akbar !
Je pourrai aller plus loin encore en évoquant les mutilations génitales subites par des millions de femmes chaque année, sans oublier les différentes règles moyenâgeuses imposées par la charia, totalement incompatibles avec la démocratie.

Contrairement aux allégations de Nicolas Sarkozy, je me refuse cependant catégoriquement d'évoquer un choc de civilisations.
Je connais personnellement, ou par l'intermédiaire des médias, de nombreux musulmans respectueux de la laïcité et de la République.
Avec eux, je n'ai nullement le sentiment d'appartenir à une civilisation différente de la leur mais au contraire d'avancer d'un même pas, dans la même direction, malgré les aléas de la vie.
Je connais même quelques musulmans qui auraient des leçons à donner, en matière de patriotisme, à certains français de souche, minés par un esprit sectaire, dont la capacité de réflexion est affligeante.

Mais de grâce, qu’on n’essaie pas de noyer le poisson dans l’eau, en tentant pitoyablement de nous rappeler les horreurs de la colonisation, ou celles commises par l’inquisition pour faire contrepoids aux nombreuses dérives perpétrées au nom de l'islam.
Nous sommes au 21e siècle et ce n'est pas en tentant de remuer le passé, aussi terrible soit-il, dans le but de nous détourner du présent, que les consciences s'éveilleront afin de reconnaître ce qui nous saute aux yeux chaque jour.  

L’islam est rongé par un cancer innommable qui se propage à grands pas en son sein. 
Et cette terrible maladie, qui annihile l'esprit aussi aisément qu'Ebola détruit les vies, appartient bien à l’islam, qu'on le veuille ou non.
Si le malade refuse lui-même d'admettre qu'il est souffrant et ne cherche donc pas à se soigner, ce n'est pas en invoquant la miséricorde et les grâces d'un Dieu ou d'un prophète que viendront les solutions.
Le cancer se généralisera avec des conséquences imprévisibles pour l'humanité. 
Il appartient aux hommes, et à eux seuls, de changer le cours de l'histoire pour retrouver le chemin de la sérénité. 

Aujourd'hui, tous les musulmans doivent s'interroger sur le côté obscur de l'islam qui fait que cette religion est devenue, dans le monde, plus crainte que respectée.
Trop souvent, les musulmans de France ont détourné les yeux face à l'avancée inexorable de l'intégrisme au sein de l'islam. 
Ceci, par peur d'éventuelles représailles et on peut le comprendre, mais également en refusant de considérer que l'interprétation fallacieuse du Coran, par une minorité de dégénérés, était aussi leur problème.
Plus que jamais, les musulmans de France doivent comprendre que cette horreur les concerne directement, au même titre qu'elle concerne les autres religions et la République laïque qui est la nôtre, qui est la leur.
La grande majorité des musulmans français respecte les lois de leur pays.
Beaucoup ont fait le sacrifice de leur vie pour le protéger au nom des valeurs qu'il véhicule dans le monde.
Aussi, il est fondamental qu'ils cessent de refuser la confrontation avec l'intégrisme qui véhicule une image désastreuse de l'islam.
Il faut se préparer à se battre avec la plus grande détermination, sans aucun compromis, pour préserver nos valeurs communes, pour défendre ce en quoi nous croyons.
Les musulmans de France vont devoir sortir de leur léthargie, faire face à la réalité et prendre leur part dans la lutte contre les intégristes.
Il en va, à terme, de notre avenir commun dans la République et de notre propre existence en tant qu'êtres humains, doués de raison et respectueux des différences.
Car ces différences, nous le savons bien, lorsqu'elles se meuvent dans la tolérance, enrichissent chacun d'entre nous, quelles que soient notre religion ou notre couleur de peau.
Nous ne devons pas oublier que derrière nous, d'autres générations comptent sur notre capacité à agir pour surmonter les défis lancés par une épouvantable minorité de salopards, chaque jour plus nombreux.
Il faut sonner la fin de la récréation !
Et cela passe par une prise de conscience des musulmans de France qui doivent s'interroger sur les raisons pour lesquelles on tue, on viole, on marie de force et on soumet par la terreur au nom d'Allah et de son prophète.
Le rôle de l'islam ne consiste pas uniquement à montrer sans cesse sa capacité à s'indigner à la moindre critique, et ainsi à rechercher systématiquement, à l'extérieur, un bouc émissaire.
Alors que le ver de l'intégrisme est dans le fruit de l'islam, il convient de réfréner les susceptibilités qui altèrent le discernement et d'accepter de se remettre en cause pour trouver un remède au mal.
Aujourd'hui, l'émergence d'un islam des lumières n'est encore qu'un vœu pieux.

35 commentaires:

  1. Phemga, votre article dépeint la pensée de beaucoup de gens qui n'osent s'exprimer. Je le vois chaque jour autours de moi où les craintes sont perceptibles.
    J'aime beaucoup votre image principale qui réunit ces religieux de confessions différentes.
    Vous connaissant à travers vos articles, ce choix n'est pas anodin.
    La photo résume à elle seule l'union qui devrait animer les chrétiens, les musulmans et les juifs si les hommes avaient un peu de bon sens.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis musulman pratiquant et je me pose moi même de nombreuses questions sur les exactions commises au nom de Dieu par ces assassins. Il ne sert à rien de dire qu'ils ne sont pas musulmans puisqu'ils le sont mais il est tellement pénible de reconnaître que de tels fous puissent agir au nom des valeurs de l'islam. C'est intolérable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est intolérable ne doit pas pousser à ignorer les réalités. Le vrai courage serait de reconnaître qu'il y a un problème grave au sein de l'islam et qu'il doit être traité à la mesure de son importance avec, bien entendu l'aide des musulmans comme vous le dites si bien.

      Supprimer
  3. Ces drames de début de janvier ne doivent pas nous faire oublier que ce sont avant tout les musulmans qui sont les victimes de ces malades mentaux.
    Les attentats de Paris nous ont fait oublier les derniers massacres commis par Boko Haram et par Daech. Or, ils sont sans commune mesure avec ce qui s'est passé en France.
    Cela n'enlève rien au fait que nous autres musulmans devons nous poser quelques questions sur ce qui se passe dans notre religion.

    RépondreSupprimer
  4. La religion a toujours été le facteur principal qui a permis les principaux massacres de l'histoire.
    S'il y avait un Dieu pour les hommes, il n'aurait jamais permis ces choses épouvantables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dieu a bon dos. Ce sont les hommes qui tuent leurs semblables.

      Supprimer
    2. Les hommes qui tuent, certes, mais souvent au nom de Dieu.
      Les hommes font dire n'importe quoi à Dieu pourvu que cela serve leurs intérêts.
      Nous sommes dans le foutage de gueule le plus total.

      Supprimer
  5. On pourrait vous reprocher Phemga d'avoir uniquement focalisé sur les travers de l'islam mais il faut nécessairement en parler car ils existent.
    Ce n'est pas en refusant des évidences que nous parviendrons à trouver une solution au problème.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, Phemga, nous avons l'habitude de dire que l'islam n'est que paix et tolérance et l'écrasante majorité des musulmans le pense avec la plus grande des sincérités.
    Vos interrogations sont légitimes au regard des fous qui utilisent l'islam pour commettre leurs crimes mais la différence doit absolument être faite entre les valeurs de l'islam et ces tueurs sanguinaires qui ont détourné la parole du prophète. Et si je crois que les musulmans n'ont pas à se justifier des crimes commis par des personnages qui se réclament de l'islam, ils doivent, comme vous le dites, se déterminer avec plus de conviction en faveur de la laïcité et de cette république où ils vivent en tant que citoyens.

    RépondreSupprimer
  7. J'apprécie votre article.
    Vous posez la bonne question, écrivez sans compromis, tout en invitant à l'union.
    J'y vois même une sorte d'appel au secours en direction des musulmans français.

    RépondreSupprimer
  8. Dans le coran il y a des versets qui parlent de tolérance et de paix et d'autres de violence et de guerre.
    Certains ont choisi les versets qui invitent à la tolérance alors que d'autres ont préféré la traduction des versés qui évoquent la violence et la soumission.
    Il y a exactement la même chose dans la bible. D'un côté le bien et de l'autre le mal. La différence est que les intégristes chrétiens n'ont pas encore sévi faute d'adeptes en nombre suffisants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mahomet était aussi un chef de guerre. Ceci explique cela, comme on dit.

      Supprimer
  9. Il est sûr que nous critiquons toujours les insuffisances de l'état pour expliquer pourquoi des tueurs sortent des banlieues pour répandre la terreur en France ou dans d'autres parties du monde.
    De temps en temps on désigne les parents qui ne feraient pas leur job d'éducateurs mais personne n'ose aller plus loin pour parler de l'islam et de la maladie qui la ronge. Et oui, dans ces cas là c'est le grand bouclier qui se met en place et hop : islamophobie, xénophobie, racisme et j'en passe. Ceux qui ont osé parler rentrent chez eux la queue basse avec un procès pour incitation à la haine en guise de récompense. L'intégrisme a encore de très beaux jours en France si les mentalités n'évoluent pas rapidement. Les tabous ont la vie dure.

    RépondreSupprimer
  10. La religion chrétienne a connu son horrible période avec l'inquisition.
    L'islam semble connaître la sienne en ce début du 21e siècle.

    RépondreSupprimer
  11. Ni Dieu ni le prophète Mohammed n'ont demandé de tuer les innocents. Ceux qui travestissent la parole du prophète en faisant couler le sang n'ont aucune chance de connaître la paix lorsqu'ils mourront. Vous les avez appelés des raclures de l'humanité Phemga et c'est bien ce qu'ils sont.

    RépondreSupprimer
  12. Existe-t'il seulement encore une solution pour combattre l'intégrisme ?
    N'est-ce pas déjà trop tard ?
    Au nom de la tolérance, nous avons trop toléré et nous sommes en train de payer les conséquences de nos inconséquences.

    RépondreSupprimer
  13. Je pense que nous n'avons que ce que nous méritons.
    Nous avons abandonné certaines banlieues aux intégristes qui en ont fait des zones de non droit dans lesquelles la police n'osent même plus se montrer.
    Un jour ou l'autre, ce sont les forces spéciales qu'il faudra envoyer pour faire le ménage.

    RépondreSupprimer
  14. Vous connaissez la fameuse chanson de Charles Trenet : Douce France, cher pays de mon enfance...
    Nostalgie, nostalgie...

    RépondreSupprimer
  15. J'ai déjà remarqué chez vous que vos images avaient souvent autant d'importance que vos écrits. Je parle des symboles qu'elles représentent à certaines occasions. Mettre en cause un frange de l'islam et placer une photo qui invite à l'union de toutes les religions est très étonnant. il faut surement y voir l'espoir qu'un jour les hommes reviennent à la raison.
    A votre place, j'aurais mis une photo avec des combattants de l'Etat islamique et leur drapeau noir.
    L'image des 3 pourris à la fin de l'article nous fait redescendre sur terre.
    Non Phemga vous n'êtes pas islamophobe. Vos propos sont mesurés et pour moi correspondent à une réalité qui devient de plus en plus pesante. Il faut vraiment que les musulmans français ouvrent les yeux avant qu'il ne soit trop tard pour tout le monde. La France est aussi leur pays qu'ils se doivent de défendre.

    RépondreSupprimer
  16. Je propose que nous posions la question au prophète pour savoir ce qu'il pense de toute cette pagaille.

    RépondreSupprimer
  17. Ce blog est vraiment reposant et j'ai plaisir à le lire.
    Les articles sont intéressants et le ton, même ferme, reste toujours dans la retenue.
    Même les commentateurs respectent une sorte de règlement qui semble convenu et qui interdirait tout débordement dans le langage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emorphine, Phemga doit certainement censurer les commentaires jugés injurieux ou racistes, lol.
      Vu la nature humaine, un tel sujet dégénèrerait bien vite en combat de rue.

      Supprimer
  18. Vous avez fait un article sur les travers de l'islam qui sont bien réels et il fallait le dire.
    Pourtant pour moi, la responsabilité essentielle des tueries incombe à l'état français.
    Les gouvernements de gauche comme de droite avec leur idéalisme imbécile ont permis à une multitude de déglingués du cerveau de se préparer pour commettre des attentats. Il reste l'espoir que des leçons seront enfin retenues et que les quelques centaines de tueurs potentiels qui vivent dans les banlieues françaises seront plus étroitement surveillés et mis hors d'état de nuire avant qu'ils ne passent à l'acte.

    RépondreSupprimer
  19. Nous sommes foutus. Il est déjà trop tard.
    Il nous reste plus que les yeux pour pleurer en attendant le jour de la soumission.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soumission !
      C'est le titre du dernier livre de Michel Houellebecq.
      Livre qui n'est pas aussi farfelu qu'on pourrait le croire.

      Supprimer
  20. Nous autres musulmans, surtout au Gabon, savons bien qu'il y a un problème qui mine une partie de notre religion. Ce n'est pas aux autres de faire le ménage pour nous. C'est à nous de nettoyer devant notre porte. Tant que nous n'assimilerons pas ça, certains malades mentaux continueront de s'approprier l'islam en imposant leurs interprétations meurtrières. La France n'est pas le seul pays touché par l'intégrisme mais vous avez raison, l'islam aujourd'hui est une religion qui est d'abord crainte avant d'être respectée. C'est terrible ça.

    RépondreSupprimer
  21. Tu as osé écrire que l'islam est malade ?
    Comme j'ai l'habitude de le dire mon Phemga, tu vas voir ta gueule à la récré...
    Tu n'es pas politiquement correct et cela est passible de poursuites.
    Vraiment tu débutes mal l'année, à l'image de la France quoi.
    Prends des vacances pour te détendre, lol.
    Mais surtout pas à Paris, ça craint grave par les temps qui courent.

    RépondreSupprimer
  22. Sans doute avez vous voulu ménager la susceptibilité des musulmans mais il y a une forme d'hypocrisie à refuser de reconnaître que l'islam est malade de ses dogmes.
    Or, comment prétendre soutenir la laïcité et en même temps refuser de reconnaitre des évidences ?
    Je ne fais pas de réquisitoire contre les musulmans mais il serait grand temps d'appeler un chat, un chat.

    RépondreSupprimer
  23. Malheureusement, cette attitude qui consiste à nier constamment des réalités, ajoutée aux actions des intégristes fait les affaires du FN. Soyons honnêtes avec nous mêmes, nous ne pouvons pas reprocher aux gens d'avoir peur et de se rapprocher de ceux qui paraissent les plus capables de les rassurer, même si ce n'est que de l'illusion.
    Le FN est une coquille vide mais son discours qui joue sur les peurs reste fédérateur puisque les autres partis sont incapables de proposer un programme cohérent.

    RépondreSupprimer
  24. Je suis peut être hors sujet mais je voudrais rappeler ce que disait Serge Gainsbourg :
    "L'homme a créé Dieu, l'inverse reste à prouver".
    Tant de souffrances pour quelque chose qui n'a jamais été scientifiquement prouvé, c'est ahurissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout es dans l'esprit et la foi. On dit qui la foi fait des miracles. Composée de dogmes, elle est surtout affreusement destructrice.

      Supprimer
  25. Phemga, pour avoir lu pratiquement tous vos articles, je sais que vous n'êtes pas anti musulmans. Pourtant ce nouvel article m'interpelle car, je sens en vous, malgré tout, une certaine colère qui si elle persistait pourrait remettre en question un certain nombre de vos principes.
    Bref, vous n'êtes pas anti musulman, jusqu'à un certain point.
    C'est la traduction que je tire de votre dernier article qui en quelque sorte paraît mettre en demeure les musulmans de prouver qu'ils soutiennent la république.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que Phemga prend un risque en plaçant les musulmans devant leurs responsabilités.
      C'est là toute la logique de la liberté d'expression, sans agressivité mais avec sincérité et fermeté. C'est en tout cas comme ça que je traduis l'esprit de l'article.

      Supprimer
    2. Dans un article, on traduit toujours l'esprit du texte comme cela nous arrange, surtout en ce qui concerne la religion sujet si sensible.
      Il suffit de voir le traitement réservé à Dieudonné comparé à celui qui existe pour Charlie Hebdo. Le manque de respect est pourtant présent des deux côtés.
      Il y aurait beaucoup de choses à dire en fonction de notre sensibilité religieuse et de notre éducation.

      Supprimer
  26. L’émergence d'un islam des lumières attendra encore quelques décennies car franchement c'est plutôt mal engagé.

    RépondreSupprimer