mardi 29 juillet 2014

Conflit israélo-palestinien : Un air de déjà vu !


 

Depuis trois semaines, le conflit israélo-palestinien est une nouvelle fois revenu sous les feux de l'actualité.
Les opérations militaires dans la bande de Gaza, menées par l'état hébreu contre le Hamas, ne sont que la suite des nombreux épisodes d'un conflit interminable dont il semble qu'on ne verra jamais l'issue.
Malgré d’innombrables efforts déployés par divers pays, aucune solution durable n'a jamais été trouvée et on constate désormais une lassitude générale des principaux acteurs étrangers, qui depuis des décennies, ont tenté plus ou moins maladroitement, de mettre un terme à ce qu'il convient d'appeler une " tuerie perpétuelle ".
Aujourd'hui encore, beaucoup d'entre nous éprouvent le plus grand mal à comprendre l'origine des évènements actuels tant ils paraissent provenir de la nuit des temps. 
Aussi, la réalité est extrêmement difficile à décrypter lorsque nous nous trouvons à plusieurs milliers de kilomètres des faits.
Et dans ce genre de guerre asymétrique, où les moyens militaires d’Israël sont infiniment supérieurs à ceux du Hamas, devant le nombre de victimes civiles où on observe, impuissants, la mort de centaines de femmes et d'enfants, notre compassion se tourne naturellement vers les souffrances du peuple palestinien.
Car quelles que soient les raisons qui poussent Israël à bombarder la bande de Gaza, on ne peut être que bouleversé par la mort de civils innocents qui ne demandaient qu'à vivre paisiblement
Aussi, il n'est pas nécessaire d'être antisémite pour éprouver, au plus profond de soi, un sentiment d'horreur et de révolte devant le spectacle macabre qui s'offre quotidiennement à nos yeux.
Et ce ne sont pas les arguments des autorités israéliennes qui indiquent qu'elles préviennent toujours les habitants de Gaza afin qu'ils quittent leur zone de vie avant un bombardement, qui changeront quoi que ce soit au sentiment d'indignation qui nous anime, devant la souffrance d'un peuple martyrisé.
Je ne ferai pas ici le procès d'Israël qui cherche à éliminer avant tout les membres du Hamas dont l'organisation est considérée comme terroriste par la communauté internationale.
Devant l'émotion palpable qui nous assaille, on finit par oublier qui est le Hamas et ce qu'il représente.
Le Hamas est un régime dictatorial islamique qui est arrivé démocratiquement au pouvoir en 2006, après des élections législatives surveillées par des observateurs de l'Union Européenne, et qui ont vu la défaite du Fatah, mouvement de libération de la Palestine fondé à l'origine par Yasser Arafat. 
Les Palestiniens ont donc librement fait le choix de porter cette organisation au pouvoir.
Or, le but du Hamas est officiellement de détruire l'état d'Israël et de le remplacer par un état palestinien islamique.
Je ne vais pas m’appesantir sur les actions prônées par le Hamas mais il faut tout de même comprendre, qu'au regard de la doctrine qu'il tente de mettre en application, Israël n'a pas l'intention d'accorder le moindre cadeau à un ennemi mortel, dont les objectifs sont clairs et précis quant à la destinée de l'état Hébreu.
Cela dit, malgré les attaques à la roquette du Hamas sur le territoire israélien, rien ne saurait justifier les massacres de civils causés par les bombardements dans la bande de Gaza.
Et cela, même si le Hamas se sert de la population palestinienne comme bouclier humain, en lançant volontairement ses roquettes à partir de zones fortement habitées, d'hôpitaux ou d'écoles, pour provoquer des représailles qui susciteront la désapprobation de la communauté internationale.
En sacrifiant sciemment le peuple palestinien, par l'emploi d'une tactique militaire criminelle, le Hamas prouve une nouvelle fois, si besoin était, qu'il n'a jamais accordé la moindre valeur à la vie, fusse-t-elle celle de ses propres compatriotes.
Si les responsabilités de l'état hébreu sont incontestables dans les souffrances des civils palestiniens, il ne saurait être question d'ignorer la part prépondérante prise par le Hamas dans les horreurs actuelles.

Au-delà de cette incapacité historique d'Israël et de la Palestine à trouver de réelles solutions de paix, il convient de se poser la question de savoir, s'il existe encore aujourd'hui des hommes capables de permettre aux belligérants de parvenir à un consensus où les différentes parties accepteraient enfin de cohabiter.
Le dernier homme qui était sur le point de gagner la paix s'appelait Yitzhak Rabin mais il a payé de sa vie l'immense espoir que son action avait suscité, assassiné par un extrémiste juif.
Après toutes ces années de travail infructueux, je crois qu'il est temps pour les USA, qui n'ont jamais pu apporter de solutions aux différents conflits israélo-palestiniens, de laisser leur place à d'autres intervenants.
Malgré leur poids économique, politique et militaire, les Etats-Unis se sont montrés toujours trop proches d'Israël pour donner l'image d'un état neutre, susceptible de proposer des solutions qui ne soient pas suspectées de favoriser Israël. 
Leur rôle s'est donc souvent avéré contre-productif.
Barack OBama semble d'ailleurs l'avoir bien compris, puisqu'il est sans aucun doute, le premier président américain à s'investir relative peu dans le conflit, malgré l'influence toujours aussi importante du lobby juif dans son pays qui, lui aussi, a une grande responsabilité dans la continuité de ce conflit.
Aujourd'hui, le challenge principal consisterait à réunir, en territoire neutre, les dirigeants israéliens et ceux du Hamas pour tenter une médiation qui puisse convenir aux deux parties.
Et si pour parvenir à une solution de paix, il était nécessaire de ne plus reconnaître le Hamas comme une organisation terroriste, qu'il en soit ainsi.
Mais il faudrait pour cela que le Hamas, de son côté, cesse de préconiser la destruction d'Israël, une position totalement inacceptable dans d'éventuels pourparlers de paix. 
J'ai malheureusement le sentiment que nous faisons face à une mission impossible tant les haines réciproques sont imprégnées dans l'esprit des deux belligérants.
Pourtant, le premier ministre israélien, Monsieur Nétanyahou, devrait prendre plus sérieusement en compte les désirs d'une partie non négligeable de son opinion publique qui, lassée par une guerre interminable, appelle de ses vœux une paix réelle et durable.
Cette partie de l'opinion publique n'a jamais été aussi importante depuis la création de l'état d’Israël en 1948. 
Il existe des signes incontestables qui enjoignent de changer l'histoire et qu'on ne peut indéfiniment ignorer.
En attendant, le peuple palestinien continue de mourir sous les bombes israéliennes et de jeunes soldats de l'état hébreu sont tués dans une guerre sans nom, dont les réels objectifs sont flous et le plus souvent irréalisables.

J'achèverai mes propos en évoquant les manifestations organisées en France pour soutenir le peuple palestinien.
Celles-ci sont on ne peut plus légitimes au regard de l'émotion immense causée par les bombardements israéliens.
Cependant, personnellement, je n'y participerai jamais. 
Malgré toute la compassion que je ressens pour le peuple palestinien, j'éprouverais le sentiment profond et fort désagréable de soutenir la méthode " bouclier humain " du Hamas.
Certains prétendus défenseurs des droits de l'homme condamnent avec vigueur ceux qui envoient les bombes mais ignorent savamment ceux qui, pour faire avancer leur idéologie, les attirent volontairement contre leur propre peuple.
Cette attitude de deux poids, deux mesures, est pour moi intolérable.
Et pendant ce temps là, alors que les souffrances du peuple palestinien monopolisent l'attention internationale, les chrétiens d'Irak sont pourchassés par les jihadistes et eux aussi martyrisés sans que cela éveille la moindre compassion de la part d'une opinion publique française décidément bien sélective dans sa capacité à l'indignation.

25 commentaires:

  1. Je me demandais si vous finiriez par faire un article sur ce qui se passe dans la bande de Gaza. Au vu des passions que ce conflit amène, rester neutre ou critiquer de manière équilibrer les 2 ennemis est un exercice compliqué. Vous vous êtes bien débrouillé. Vous avez marché sur des œufs sans trop de casse si j'ose dire.

    RépondreSupprimer
  2. Cette guerre qui revient régulièrement à l'ordre du jour n'en finira jamais.
    Oui, encore un air de déjà vu et on se lasse.
    Le pire est que ce conflit qui ne nous concerne pas est importé en France.
    Or, nous avons d'autres chats à fouetter.
    Ce n'est pas que je sois insensible mais RAS LE BOL.

    RépondreSupprimer
  3. La deuxième photos est incroyablement impressionnante.
    Pauvres gens.
    Le peuple palestinien ne vivra donc jamais en paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On imagine les gens en dessous.
      Qu'est-ce qui peut justifier de tels actes?
      Ce genre de bombardement devrait être considéré comme un crime de guerre mais dès qu'il s'agit d'Israël, tout est permis.

      Supprimer
  4. Le Hamas est une organisation terroriste. Il cultive la violence comme on cultive un champ de maïs.
    Je ne vois pas comment on peut faire la paix avec de tels individus. Les palestiniens paient un prix démesuré dans cette guerre mais vous l'avez rappelé vous même : Ils ont fait le choix de porter ces types au pouvoir.

    RépondreSupprimer
  5. Dans ce genre de conflit, il est compliqué de rester neutre. On risque forcément d'être balancé d'un camp à l'autre suivant sa position sur tel ou tel évènement marquant dans cette guerre.
    La souffrance des palestiniens est terrible mais en même temps Israël ne peut pas laisser le Hamas bombarder son territoire. Alors que faut-il faire ?
    Y a t'il seulement une réponse à cette question ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce conflit fait tellement partie de notre vie qu'on y fait à peine attention.
    Heureusement, les images de la souffrance sont là pour nous rappeler que toutes les guerres sont sales et qu'on ne peut rester indifférent au malheur des palestiniens. La presse joue bien son rôle.

    RépondreSupprimer
  7. Contrairement à vous Phemga, je ne prendrai pas de gants. Les israéliens se sont imposés sur une terre sur laquelle se trouvaient les palestiniens, avec la complicité des nations unis. Si quelqu'un doit dégager, ce sont les israéliens. Ils n'ont qu'à se rendre aux Usa où ils seront très bien accueillis par leurs nombreux frères qui mènent à la baguette la première puissance mondiale. Le pays est assez grand pour qu'ils s'y installent tous.

    RépondreSupprimer
  8. Ce conflit si vieux continue d'exacerber toutes les passions jusqu'en Europe et en France en particulier.
    On en a déjà tellement dit sur cette guerre qu'on se demande encore ce qu'on pourrait avoir à rajouter.
    Mais vous avez raison Phemga, rien ne peut justifier le bombardement d'une population civile innocente.
    Et même si le Hamas utilise les habitants de Gaza comme boucliers humains, la tactique israélienne est pour moi inadmissible, absolument scandaleuse. Et je ne peux éprouver la moindre sympathie pour un pays qui se comporte ainsi.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis horrifié par ce que je vois à la télé. Les grandes puissances restent silencieuses et j'en suis dégoûté. Après ça, comment ne pas ressentir une profonde antipathie pour Israël ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le Hamas, qui se sert des palestiniens comme boucliers humains, ça ne vous dégoûte pas ?
      Vous croyez que les méchants, si méchants il y a, sont tous du même côté ?

      Supprimer
  10. Je suis profondément triste pour le peuple palestinien qui ne connaîtra donc jamais la paix.
    Il semble que toutes les solutions de paix aient été épuisées et qu'il ne reste que les larmes et le désespoir. Et je trouve honteux que des pays comme les USA, grands donneurs de leçons de morale, n'imposent pas un cessez le feu, à leur allié israélien. Il suffirait d'appliquer des sanctions économiques, voire même un blocus des ports israéliens pour faire pression sur ces gens. Et je reste mesuré pour ne pas voir mes commentaires censurés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui Nabila, ce bon vieux Phemga veille au grain. Mais c'est quand même plus chouette de ne pas lire des insultes ou des propos racistes sur ce blog, quelque soit l'importance ou la sensibilité du sujet. Et ce sujet là, généralement, il attire tous les débordements de la terre et toutes les bassesses humaines.

      Supprimer
  11. En créant l'état d'Israël après la seconde guerre mondiale, nous avons fabriqué tous les éléments pour pourrir la vie des palestiniens. Oui ce conflit n'a pas de fin et n'en n'aura pas dans les prochaines années. C'est la guerre ad vitam aeternam ou du moins jusqu'à ce qu'un des deux adversaires disparaisse. La cohabitation n'est pas possible et plus de 60 années de conflit le prouvent bien.

    RépondreSupprimer
  12. Bon mon Phemga, tu ne t'es pas foulé pour prendre clairement position dans ce conflit. Tu bottes en touche même si tu balances quelques vérités.
    Et bien oui, tu es pour qui toi dans ce conflit ?
    Ce n'est pas bien de jouer les suisses, lol.
    Je n'ai rien contre les petits suisses qu'on se rassure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rogange, nous n'avons pas la même compréhension de l'article. Pour moi il est très clair que Phemga est pro israélien. Lisez donc entre les lignes. C'est son droit et sa liberté de conscience.
      Pour ma part, mon soutien est sans ambiguïté. Le peuple palestinien et rien que lui.
      Les autres, qu'ils aillent au diable.

      Supprimer
    2. "Les autres, qu'ils aillent au diable"
      Voilà une belle phrase pour envoyer les israéliens se faire cuire un œuf.
      Le problème est que les œufs balancés par les israéliens sur les palestiniens provoquent mort et désolation.
      Les représailles contre les roquettes du Hamas sont absolument disproportionnées et les terroristes ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

      Supprimer
    3. Dans un tel conflit, on ne peut pas se montrer neutre. On peut cacher ses convictions mais on a tous forcément une opinion bien arrêtée sur la question. Il y a ceux qui soutiennent la cause palestinienne et ceux qui resteront toujours du côté israélien mais il n'y a pas d'entre deux.

      Supprimer
    4. En prenant parti ouvertement ne risque t-on pas de perdre toute objectivité ?
      Les méchants ne sont pas tous réunis dans un seul camp et les bons non plus.
      Je lis par ci et là que c'est un DEVOIR de soutenir les palestiniens et que si on ne le fait pas on est forcément du côté israélien.
      Il suffit de lire les observations de Vladinfinger qui se généralisent partout.
      Et encore, il parle de liberté de conscience mais beaucoup de gens n'hésitent pas à vous insulter ouvertement si vous souhaitez rester neutre dans cette guerre.
      Lorsque les passions dépassent la raison on touche à l'extrémisme pur et dur.

      Supprimer
  13. Le plus dur est de se dire que rien ne changera jamais et qu'il n'y a pas de solutions définitives pour trouver la paix. Il y des rémissions à la violence mais ça ne dure pas. C'est désespérant. Celui qui parviendra à apporter la paix entre Israël et la Palestine n'est pas encore né. Mais celui-la méritera d'obtenir le prix Nobel de la paix pour 10 ans.

    RépondreSupprimer
  14. Tant de sang versé sur cette terre maudite et oubliée de Dieu.

    RépondreSupprimer
  15. Les usa viennent de réapprovisionner en munitions les israéliens pour qu'ils puissent continuer de massacrer le peuple palestinien. Personne ne dit rien et tout le monde est complice.
    C'est à vomir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une honte.
      Nous savons tous qu'Israël survit grâce au soutien massif des américains qui les aident régulièrement à massacrer les palestiniens.

      Supprimer
  16. J'apprécie le rôle d'équilibriste que vous avez réalisé dans votre article.
    Il est bien plus difficile à tenir que d'éprouver ouvertement sa sympathie ou sa haine envers tel ou tel parti.
    En ces temps difficiles, un peu de modération est réconfortant.

    RépondreSupprimer
  17. Je reste sans voix devant l'attitude des israéliens et je ne comprends pas. Ces gens là, par l'histoire, savent bien ce que cela signifie d'exterminer des innocents. Ils se comportent malgré tout exactement comme ce sont comportés les nazis avec eux. Les leçons de l'histoire ne sont jamais retenues. Pire, on les jette à la poubelle.

    RépondreSupprimer