vendredi 27 juillet 2012

La rafle du Vel' d'Hiv : Un crime français



En reconnaissant officiellement la responsabilité de la France lors de la rafle du Vel' d’Hiv et en qualifiant cet acte  de "crime commis en France par la France", le Président François Hollande à mis un terme définitif à un tabou vieux de 70 ans.
Il rompt, par la même occasion, avec l’attitude ambiguë du général De Gaulle et de François Mitterrand qui ont vécu cette triste époque et qui ont toujours refusé les responsabilités françaises dans ce drame, estimant qu'il n'y avait eu durant l'occupation allemande, qu'une seule France légitime, celle de la France libre.
Avant François Hollande, en 1995, le Président Jacques Chirac avait ouvert la voie en reconnaissant la responsabilité directe de la France dans ce drame, trop longtemps passé sous silence, mais pas avec autant d'acuité dans les termes, ni de solennité.
Au cours de cette sinistre période qui a gravement souillé l’histoire de France, en juillet 1942, ce sont près de 13 000 juifs, dont 4 000 enfants, qui ont été arrêtés en 48 heures chez eux, à Paris et en banlieue, par 9 000 policiers et gendarmes français.
Ceux-ci ont été regroupés essentiellement au Vélodrome d’Hiver à Paris mais également à Drancy, Compiègne, Beaune-la-Rolande et à Pithiviers avant d’être déportés vers les camps d’extermination nazis, principalement à Auschwitz.
Il est donc bon aujourd’hui, alors qu’avec le temps, les passions se sont somme toute apaisées, qu’un second chef d’état français admette de manière très officielle, et sans aucune réserve ni nuance, que le pays de Voltaire a commis par le passé, même indirectement, un crime contre l’humanité en permettant aux nazis d’exercer leurs basses besognes.
Mais ce crime perpétré par l'état français de Vichy l’a été également contre la France entière contre ses valeurs, ses traditions d'accueil et de protection les plus nobles.
Certains politiques français se sont vivement élevés contre cette reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle du Vel' d’Hiv en déclarant que la vraie France n'était pas à Vichy mais à Londres.
On ne peut pas continuer en 2012, de refouler dans les bas fonds de sa conscience, la dramatique réalité de l’époque la plus noire de toute l’histoire de France, sous prétexte que cette période ne corresponde pas à l'image que l'on souhaiterait donné du pays.
En 1942, il y avait effectivement deux France rigoureusement opposées
Celle de la collaboration et de la trahison, à Vichy, représentée par Pétain et Laval.
Celle de la résistance et du refus de plier, à Londres, portée par le Général De Gaulle.
Il est naturellement concevable de penser que le gouvernement de Vichy ne représentait pas toute la France, mais il n'est plus possible d'ignorer que celui-ci a agi au nom de l'état français qui était le seul en fonction sur le territoire national.
Faut-il rappeler que plusieurs centaines de milliers de français ont totalement approuvé la doctrine du gouvernement de Vichy et que beaucoup d'entre eux se sont largement employés à dénoncer les juifs, qui étaient leurs voisins et parfois leurs amis ?
De nombreux français ont appliqué, sans se faire prier, la politique de collaboration de Vichy et ce, jusqu’en 1944.
Or, ceci ne peut continuer d'être passé sous silence sous prétexte que d'autres français ne se sont jamais départis du sens de l'honneur en refusant viscéralement la collaboration avec l'Allemagne.
Il me paraît cependant nécessaire de se remettre dans le contexte de l’époque afin de mieux modérer son jugement et d'expliquer cette adhésion massive au gouvernement de Vichy.
Pétain était véritablement adulé par l’écrasante majorité des français de tous les horizons car dans la mémoire collective, il était le vainqueur de Verdun, celui qui en 1916 a galvanisé les troupes françaises, au bord de la rupture, avec des discours très forts, appelant à la résistance acharnée contre les allemands, à ne pas lâcher un seul mètre de terrain et ce, jusqu'à la mort.
Pétain était pour le peuple français le symbole par excellence de cette résistance inébranlable face à l’ennemi qui, écœuré, a fini par rompre le combat.
De tels évènements étaient solidement enracinés dans les esprits et de très nombreux français, sonnés par la débâcle de 1940, pensaient sincèrement que la politique de Pétain, à qui ils vouaient une confiance aveugle, visait à endormir les allemands, pour gagner du temps et trouver les moyens de reprendre le combat.
Comment pouvait-il en être autrement de la part d'un immense héros national ?
Et lorsque le régime de Vichy s’est évertué à accuser les juifs de tous les malheurs du pays, il n’y avait à l’époque aucune raison de croire le contraire puisque c’était Pétain en personne et les responsables politiques qu’il avait choisis pour le seconder qui l’affirmaient haut et fort.
La désillusion ne viendra qu’en 1944, où de nombreux français comprendront enfin qu’ils ont été abusés par un vieillard sénile dont la réputation de héros s'est transformée au fil des mois en collaborateur de l'Allemagne nazie.
Je ne cherche pas ici à excuser des comportements criminels mais à comprendre les raisons pour lesquelles beaucoup de gens ont adhéré au départ à la politique du régime de Vichy.
Nombre d'entre eux se sont honnêtement trompés et ont fini par s'éloigner du régime en place mais d’autres ont suivi Pétain, malgré tout, jusqu’aux dernières heures de la guerre.
Et dire encore aujourd’hui que le gouvernement de Vichy ne représentait pas la France, c'est s'inscrire dans une logique de déni qui est en faite de la pure démagogie politicienne.
Ce régime représentait une partie importante de la France qui a œuvré en acceptant une collaboration systématique avec les bourreaux nazis.
Ceux qui ont refusé cette capitulation et qui soutenaient la France libre, malgré leur immense courage et le combat pour la liberté qu'ils ont livré, ne feront jamais oublier l'épisode funeste de la rafle du Vel' d'Hiv et les responsabilités françaises dans ce drame.
Si certains hommes politiques ne sont pas suffisamment lucides, 70 ans après les faits, pour reconnaître humblement qu’un état Français s’est montré complice des crimes nazis, sans doute feraient-ils bien de revoir les livres d'histoire pour mieux s'imprégner des évènements douloureux qui ont jalonné cette terrible période, qui aura constitué une véritable injure au passé de leur pays et un déshonneur qu'il ne sera jamais possible d'effacer.
Bien sûr, cette nouvelle reconnaissance des responsabilités françaises dans ce drame par un président de la République ne changera pas le cours de l’histoire.
On ne refait pas le passé mais en y dénonçant les égarements criminels d’un gouvernement à la botte du nazisme, dont les couleurs du drapeau national étaient le bleu, le blanc et le rouge, en acceptant la vérité au nom de la nation et en hommage aux nombreuses victimes, on permet ainsi à tout un peuple, de grandir.
On l'invite à mieux connaître son histoire afin qu'il en maîtrise mieux le contenu qui, parfois, s'est inscrit du sceau de l'infamie.
Le devoir de mémoire ne consiste pas seulement à se souvenir mais aussi à reconnaître les fautes commises, pour essayer de ne jamais les renouveler.
C'est en faisant face à son passé, même douloureux et cruel qu'un pays avance et acquiert le pardon de ceux qui ont injustement souffert.

14 commentaires:

  1. Comme vous Phemga je n'ai pas voté pour François Hollande mais il faut lui reconnaître le courage d'avoir brisé un vieux tabou.
    La France en tant qu'état est entièrement responsable de la rafle du Vel d'Hiv et il est lâche de dire que cette France là n'était pas la vraie France. La vraie France c'est bien sûr celle qui a combattu les envahisseurs mais aussi celle qui a collaboré avec les nazis. Vous le dites d'ailleurs, il y avait 2 France aussi vraies l'une que l'autre.

    RépondreSupprimer
  2. On n'a pas attendu l'Allemagne nazie et la France de Vichy pour martyriser les juifs. Ceux-ci l'ont été de tout temps bien que la seconde guerre mondiale restera le sommet de l'horreur.
    Je suis de votre avis Phemga, Hollande a fait du bon travail en reconnaissant la responsabilité de l'état français dans cette rafle qui restera à jamais une terrible ignominie.

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez bien fait de revenir sur le contexte de l'époque pour expliquer les raisons de l'immense adhésion qu'auront suscité Pétain et son gouvernement au début de la guerre. Les gens pensaient vraiment que Pétain avait un plan pour bouter les allemands hors de France. Ils se sont lourdement trompés, Verdun étant à l'époque un mot magique et son héros Pétain vénéré. Les conséquences ont été désastreuses et il est désolant encore aujourd'hui de penser que de nombreux pétainistes pro nazis qui ont envoyé tant de juifs dans les camps de la mort ou tué de nombreux résistants français ont échappé au peloton d'exécution. Certains d'entre eux ont coulé des jours heureux pendant le restant de leur vie et cela est insupportable.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis dans l'ensemble d'accord avec ce que vous écrivez Phemga mais j'apporterai quand même quelques nuances. On peut comprendre aussi que des gens comme De Gaulle et les anciens combattants de l'époque n'aient jamais accepté qu'on accuse la France de certains crimes car le gouvernement de Vichy, pour eux, n'était qu'un gouvernement fantoche sans aucune légitimité. Il est difficile d'expliquer à des hommes et femmes qui ont farouchement combattu les allemands pour libérer leur pays qu'en fait la France a été complice des crimes nazis. Pour ceux qui ont risqué leur vie pour cette France qu'ils aimaient tant, c'est inacceptable, intolérable et on peut le comprendre.

    RépondreSupprimer
  5. Quand on sait que ce sont des policiers et gendarmes français qui ont encadré la rafle sans qu'aucun soldat allemand ne soit présent, il est difficile d'affirmer que la France n'était pour rien dans cette rafle. L'état français de Vichy a bien existé et le monde en guerre qu'il soit du côté des allies ou des allemands s'est bien adressé à lui au cours de cette époque. Ce mauvais côté de la France est dur à accepter mais il faut l'assumer.

    RépondreSupprimer
  6. Quelles terrible époque!
    Il est difficile encore aujourd'hui d'expliquer pourquoi un grand bonhomme comme Pétain a pu se fourvoyer dans une collaboration intense avec les Allemands qu'il avait si farouchement combattu pendant la grande guerre.
    L'appel du 18 juin, ce n'est pas De Gaulle qui aurait du le faire mais Pétain qui aurait été suivi par la totalité des français qui le vénéraient. Cet homme aurait pu totalement changé le destin de la France malgré la débâcle de 1940 et on restera toujours sans voix devant son comportement.
    De nombreux juifs auront payé de leur vie une attitude incompréhensible et indigne du héros national qu'il était.
    La rafle du Vel d'Hiv restera la plus grande honte française de tous les temps.

    RépondreSupprimer
  7. Bien avant la guerre, les juifs n'étaient pas en odeur de sainteté en France comme dans les autres pays d'ailleurs.
    Ceux-ci étaient tolérés ni plus ni moins.
    Il n'a donc pas fallu faire beaucoup d'efforts pour persuader les français que les juifs étaient la source de leurs malheurs.
    Et malheureusement, tout cela n'est pas fini car l'histoire se répète toujours.

    RépondreSupprimer
  8. Je te croyais en vacances Phemga car ces temps-ci tu te faisais bien discret. Moi, rien que de parler de cette horrible époque ça me donne de l'urticaire. Le plus terrible dans cette bande de salauds c'était surtout Laval. Celui-là, il a fini par payer le prix de ses crimes devant un peloton d'exécution même si à mon goût il est mort trop vite, sans trop souffrir. Avec 12 balles dans le coffre on n'a pas le temps de souffrir.

    RépondreSupprimer
  9. Non je ne suis pas d'accord Phemga. Vichy n'était pas la France et la France de cette époque elle était à Londres avec le Général De Gaulle. On ne pourra jamais dire que les capitulards qui ont monté un semblant de gouvernement composé de traites et de lâches étaient la France. Ce fourbe de Pétain s'est servi de sa réputation extraordinaire auprès des français pour les tromper et je regrette vraiment que De Gaulle ait gracié ce fils de p... qui a pourtant été condamné à mort.

    RépondreSupprimer
  10. On se demandera toujours comment un sale type comme Laval a pu exister.
    Et combien en existerait-il encore aujourd'hui si la France devait connaître une nouvelle débâcle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seb, si la France connaissait une nouvelle débâcle il y aurait de nombreux fumiers pour se comporter comme Laval.
      Trop nombreux certainement, surtout si cela était arrivé du temps de la guerre froide. Bien des cocos se seraient fait un plaisir de servir les soviétiques avec un plaisir mélangé d'orgueil.

      Supprimer
  11. La reconnaissance par François Hollande des responsabilités de la France dans la rafle du Vel d'Hiv est une très bonne chose.
    De tout temps les juifs ont été persécutés et accusés de tous les maux de la terre.
    Pourtant Israël se comporte aussi en persécuteur avec les palestiniens sans que cela ne trouble la planète, avec l'assentiment total des Usa.
    Moralité, ce n'est pas parce qu'on a été régulièrement persécuté au cours de l'histoire qu'on ne se comporte pas soi même en tyran.
    La tyrannie est une seconde nature pour l'homme.

    RépondreSupprimer
  12. Chaque pays porte un fardeau plus ou moins lourd dans son histoire.
    L'épisode de la rafle du Vel' d'hiv a sans doute très largement alourdi celui-ci.

    RépondreSupprimer
  13. Au moins François Hollande s'est attiré toute la sympathie de la communauté juive de France. Comme il n'y a pas d’élections en vue, on ne peut même pas dire qu'il y avait un enjeu électoral là-dessous.

    RépondreSupprimer